DO IT MONTRÉAL

une exposition collective de la Galerie de l’UQAM

13 janvier au 20 février 2016
Galerie de l’UQAM

Commissaire : Hans Ulrich Obrist
Exposition produite et mise en circulation par
Independent Curators International (ICI), New York

Participation de projets hybris
Instruction : Dana Michel
Conception de l’interprétation : Philippe Dumaine et Mylène Bergeron
Performeures : Maude Arès, Sarah C. Poirier, Jacqueline van de Geer,
Nadège Grebmeier Forget, Audrey Rochette, Danièle Simon, Bettina Szabo

L’exposition do it du réputé commissaire Hans Ulrich Obrist, en circulation autour du monde depuis 23 ans, sera présentée pour la toute première fois au Québec, à la Galerie de l’UQAM. Comme le laisse présumer son titre, do it implique que l’institution d’accueil, les visiteurs et les artistes invités réalisent eux-mêmes les œuvres, celles-ci étant constituées uniquement d’instructions à accomplir. Rassemblant plus de 80 artistes québécois et internationaux, do it Montréal repense les codes traditionnels de l’exposition pour proposer de nouvelles expériences aux visiteurs et développer une réflexion sur les institutions muséales.

À l’invitation de la Galerie de l’UQAM, projets hybris est en charge de conceptualiser et de mettre en oeuvre l’interprétation d’une instruction inédite, rédigée pour l’occasion par la chorégraphe montréalaise Dana Michel. Pour ce faire, projets hybris se lance à son tour dans les invitations, en s’associant à une équipe de sept performeures: Maude Arès, Sarah C. Poirier, Jacqueline van de Geer, Nadège Grebmeier Forget, Audrey Rochette, Danièle Simon et Bettina Szabo. Les performances auront lieu à différents moments du jour et de la semaine tout au long des six semaines de l’exposition. L’horaire n’en sera pas divulgué.

do it

C’est en 1993 que le commissaire Hans Ulrich Obrist et les artistes Christian Boltanski et Bertrand Lavier imaginent un concept d’exposition capable de générer continuellement de nouvelles versions d’elle-même. Ils invitent 12 artistes à proposer des œuvres fondées sur des instructions pouvant être interprétées librement d’une présentation à l’autre. Ces instructions sont ensuite traduites en neuf langues, puis diffusées à l’échelle internationale entre 1994 et 1996. Depuis, plus de 400 artistes à travers plus de 30 pays ont participé au projet, donnant ainsi un sens nouveau au concept d’exposition évolutive. Le projet voyage aujourd’hui sous la forme d’un livre, do it: the compendium, une anthologie publiée en 2012 qui rassemble 250 instructions. Pour chaque itérationl’institution d’accueil est responsable de faire une sélection au sein de cette anthologie et d’en coordonner les interprétations. Ces règles du jeu assurent non seulement la divergence entre les versions d’une même œuvre, mais aussi l’émergence d’un nouveau groupe, d’une nouvelle constellation dont l’unicité est directement liée au contexte précis où do it est (re)déployée.

Vidéo explicative du concept do it (en anglais): Independent Curators International

 

do it Montréal

L’édition montréalaise de do it comprend 60 instructions tirées du livre do it : the compendium, ainsi que 10 instructions inédites conçues par des artistes, chorégraphes, auteurs ou dramaturges québécois. 14 artistes et collectifs ont aussi été invités à interpréter les instructions d’autres artistes. Le projet se déploie en trois lieux : dans la Galerie de l’UQAM, sur le campus et chez soi, en version « à emporter ». Plusieurs activités de médiation sont prévues à la Galerie et sur le campus pour appeler les visiteurs à participer à l’interprétation des œuvres. Le public sera encouragé à partager ses réalisations avec le mot-clic #doitmtl via les médias sociaux. La soirée du vernissage et les événements du 27 janvier et du 3 février 2016 seront l’occasion de voir des artistes interpréter certaines instructions en direct : Danièle Desnoyers, Adam Kinner, Christian Lapointe, Rodolphe-Yves Lapointe, Thierry Marceau, Alexis O’Hara, Pour ici ou pour s’emporter, Françoise Sullivan et Wants & Needs Dance.

Pour cette version de do it, la Galerie de l’UQAM a délégué la commissaire Florence-Agathe Dubé-Moreau pour sélectionner des œuvres (instructions) et inviter des artistes qui repensent les fonctions et les codes de l’exposition afin d’étudier leur rôle dans la production des savoirs en arts. Elle propose de réfléchir sur le commissariat, les nouvelles muséologies et les discours ou lieux alternatifs de l’art. do it Montréal interroge les institutions muséales en revoyant leur engagement politique et social, tout comme leur place dans le système plus vaste de l’art contemporain.

Calendrier des activités et informations pratiques: Galerie de l’UQAM

Artistes 

60 instructions tirées du livre do it: the compendium
Etel Adnan, Kathryn Andrews, Cory Arcangel, Robert Barry, Jérôme Bel, Bernadette Corporation, Louise Bourgeois, Cao Fei, Boris Charmatz, Chu Yun,  Claire Fontaine, Critical Art Ensemble, Minerva Cuevas, Jimmie Durham, Cerith Wyn Evans, William Forsythe, Simone Forti, Theaster Gates, Jef Geys, Gilbert & George, Édouard Glissant, Léon Golub, Dominique Gonzalez-Foerster, Felix Gonzalez-Torres, Joseph Grigely, Nicholas Hlobo, Carsten Höller, Pierre Huygue, Joan Jonas, Ilya Kabakov, Ragnar Kjartansson, Jiří Kolář, Július Koller, Suzanne Lacy, Bertrand Lavier, Sol LeWitt, Erik van Lieshout, Lucy R. Lippard, Jonas Mekas, Jean-Luc Nancy, Bruce Nauman, Albert Oehlen, Pak Sheung-Chuen, Christodoulos Panayiotou, Amalia Pica, Cesare Pietroiusti, Adrian Piper, Raqs Media Collective, Eszter Salamon, Peter Saville, Jim Shaw, Shimabuku, Michael Smith, Nancy Spero, Mario García Torres, Rosemarie Trockel, Hannah Weinberger, Lawrence Weiner, Erwin Wurm

10 instructions inédites
Anonyme, Christophe Barbeau, Martine Delvaux, Chloé Desjardins, Paul-André Fortier, Gallery Girls, Michelle Lacombe, Dana Michel, David Tomas, Larry Tremblay.

14 interprétations
Louis-Philippe Côté, Danièle Desnoyers, Marc-Antoine K. Phaneuf, Adam Kinner, Vincent Lafrance, Christian Lapointe, Rodolphe-Yves Lapointe, Mathieu Lévesque, Thierry Marceau, Alexis O’Hara, Pour ici ou pour s’emporter, projets hybris, Françoise Sullivan, Wants & Needs Dance.

Le commissaire
Hans Ulrich Obrist est un commissaire d’exposition d’origine suisse, codirecteur des expositions et de la programmation et directeur des projets internationaux à la Serpentine Gallery de Londres. Il a auparavant été commissaire de l’art contemporain au Musée d’art moderne de la ville de Paris, en plus de piloter ponctuellement des événements internationaux (Biennale de Berlin, 1998; Biennale d’art contemporain de Lyon, 2007, etc.). Avec plus de deux cents projets d’exposition à son actif, Hans Ulrich Obrist est reconnu pour sa pratique innovante du commissariat qui intègre également l’écriture et la publication d’ouvrages. Il est considéré comme l’une des personnalités les plus colorées, influentes et puissantes du monde de l’art actuel.

Crédits
do it est une exposition itinérante conçue par le commissaire Hans Ulrich Obrist et organisée par l’organisme Independent Curators International (ICI), basé à New York. L’exposition et la publication qui l’accompagne ont été rendues possibles notamment grâce aux subventions de la Elizabeth Firestone Graham Foundation et de la Robert Sterling Clark Foundation, avec le généreux soutien de Project Perpetual ainsi que du Forum international et du conseil d’administration d’ICI.

do it Montréal est une production de la Galerie de l’UQAM et est présentée avec l’appui du Conseil des arts du Canada. Sa réalisation a été confiée à la commissaire Florence-Agathe Dubé-Moreau, dont la participation au projet est réalisée dans le cadre de l’initiative Premier commissariat de la Galerie de l’UQAM.

Florence-Agathe Dubé-Moreau est candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’UQAM. Ses recherches, dirigées par Marie Fraser et soutenues par le CRSH, interrogent les effets de la reconstitution d’expositions en art contemporain. En 2013, elle a remporté le concours d’écriture Jeunes Critiques de la revue esse arts+opinions. Ses textes ont entre autres été publiés dans les revues Artichaut et esse, ainsi que dans les monographies Trevor Gould. Aquarelles 1996-2013 (2014) et BGL. Canadassimo (2015). À l’automne 2015, l’ouvrage collectif Questionner l’avenir. Réflexions sur la réactualisation de la Biennale de Montréal (2015) qu’elle a instigué et codirigé est paru aux Éditions d’art le Sabord.

photos: L-P Côté – Galerie de l’UQAM